La Bourse de Tokyo arrête les négociations pendant toute ...

Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est - Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie (Le Bolchévik) Décembre 2017

https://archive.li/ncqaV
Le Bolchévik nº 222 Décembre 2017
Un été de luttes dans les usines d'Europe de l'Est
Grève chez Fiat, ex-Zavasta, en Serbie
Pour une lutte de classe commune contre les impérialistes d'Europe !
Nous reproduisons ci-après la traduction d’un article de Spartaco (n° 80, septembre 2017), le journal de notre section italienne, la Lega trotskista d’Italia (LTd’I).
Du 27 juin au 18 juillet 2017, plus de 2 000 travailleurs ont fait grève à l’usine Fiat Chrysler Automobiles (FCA) de Kragujevac en Serbie, à 140 km au sud-est de Belgrade. Protestant contre des salaires de misère et des conditions de travail dégradées, ils revendiquaient une augmentation de salaire de 38 000 à 50 000 dinars (environ 416 euros par mois), des horaires d’équipe moins épuisants, le paiement de primes de production et une indemnité de transport. La grève de FCA Kragujevac a été l’une des plus longues dans l’histoire récente de la Fiat.
Les salaires chez FCA sont inférieurs en Serbie à la moyenne nationale, qui est dans ce pays d’environ 350 euros mensuels, soit environ le tiers du pouvoir d’achat du salaire moyen italien. L’an dernier, FCA a licencié quelque 900 travailleurs et imposé à ceux qui restaient des cadences bien pires. Les grévistes exigeaient que soit rendu public l’accord de 2008 par lequel le gouvernement serbe avait vendu à FCA les usines de Kragujevac. Cet accord est protégé par le secret d’Etat, pour dissimuler comment FCA s’est engraissée ces dix dernières années grâce aux subventions de l’Etat et à de multiples réductions d’impôt, tout en exploitant les travailleurs. Le mécontentement des travailleurs serbes est renforcé par le chauvinisme de FCA à leur encontre, comme la pratique de soumettre les ouvriers serbes à des superviseurs italiens, ce qui a provoqué des protestations à répétition au fil des ans.
FCA a rejeté les revendications des travailleurs avec son arrogance habituelle : aucune négociation sans l’arrêt préalable de la grève, et menace de fermeture de l’usine et de délocalisation de la production. Pour sa part, le gouvernement serbe, propriétaire d’un tiers de FCA en Serbie, a accusé les travailleurs d’être « manipulés » et de menacer l’avenir du pays en effrayant les investisseurs potentiels à la recherche d’une main-d’œuvre surexploitée et sans droits.
Les travailleurs ont rejeté les diktats de FCA et du gouvernement, mais les dirigeants de Samostalni Sindikat (le principal syndicat de l’usine), qui soutiennent les plans du gouvernement pour rendre la Serbie attractive comme source de profits pour les bourgeoisies impérialistes européennes, ont liquidé la grève le 19 juillet, contre la volonté des deux tiers des grévistes. Ils ont signé le 25 un nouveau contrat validant une augmentation de salaire de 6,7 % (9,5 % selon le syndicat) et le paiement d’une indemnité de transport. En échange, le syndicat a accepté de renoncer à toute grève dans les trois prochaines années. Cet accord a suscité un mécontentement généralisé dans l’usine, la grève ayant été prématurément liquidée par la bureaucratie syndicale.
La grève des travailleurs de FCA en Serbie avait une importance directe pour les travailleurs italiens, chez Fiat et au-delà : si les syndicats italiens s’étaient joints à leurs frères de classe serbes en lutte, non seulement ils leur auraient apporté une aide déterminante, mais ils se seraient eux-mêmes renforcés face à l’arrogance de la direction de Fiat, qui croit qu’elle peut éternellement imposer ses diktats à une main-d’œuvre terrifiée, soumise à la menace de « délocalisation ». Mais à l’exception de quelques délégués du syndicat USB de FCA Melfi [à l’Est de Naples], qui ont appelé à une grève de deux heures pour soutenir les travailleurs serbes, en général les bureaucrates qui dirigent les syndicats en Italie n’ont pas levé le petit doigt pour mobiliser les travailleurs de FCA au côté de leurs frères de classe serbes. Ils se sont limités à des lettres platoniques de solidarité demandant au gouvernement serbe d’intervenir pour « débloquer la situation » et réprimandant FCA pour « ne pas avoir rempli les obligations légales ». Ils ont ainsi réaffirmé qu’ils sont pour la collaboration de classe, en inculquant aux travailleurs des illusions dans la loi et l’Etat des capitalistes, et la collaboration avec leurs propres exploiteurs pour défendre la compétitivité et les profits de leurs entreprises – même lorsque cela signifie augmenter l’exploitation des travailleurs et renforcer la domination impérialiste de la bourgeoisie italienne sur les ouvriers des pays plus petits et plus faibles.
Déjà en 2010 la FIOM [la fédération syndicale de la métallurgie] avait saboté une lutte déterminante des ouvriers de Fiat. L’entreprise avait fermé l’usine de Termini Imerese (le dernier pôle industriel significatif en Sicile) en dénonçant unilatéralement l’accord d’entreprise. Elle avait créé une « newco » [nouvelle entreprise] à Pomigliano, en ne reprenant que les ouvriers prêts à accepter des termes aggravés. Plus de 40 % des travailleurs de Pomigliano avaient sèchement répondu « non » lors d’un référendum organisé parmi les employés de l’entreprise. Le « non » de Pomigliano avait été accueilli avec enthousiasme par les travailleurs de beaucoup d’usines, suscitant de grands espoirs. Mais les dirigeants de la FIOM, au lieu de mobiliser ses 300 000 adhérents, avaient décidé de ne compter que sur les « voies légales », laissant ainsi les ouvriers à la merci des juges capitalistes. Comme Fiat menaçait de délocaliser la production de certains modèles de voiture de Mirafiori [Turin] à Kragujevac, Liberazione (à l’époque le journal de Rifondazione comunista) s’était prosterné devant le protectionnisme national, poussant de hauts cris chauvins que « Fiat trahit l’Italie ».
Notre perspective est une perspective de classe et internationaliste. La classe ouvrière doit se défendre contre toutes les fermetures d’entreprises, les baisses de salaire et les attaques contre les conditions de travail. Tous les emplois doivent être défendus, que ce soit en Serbie, en Pologne, en Italie ou aux Etats-Unis. L’intérêt du mouvement ouvrier n’est pas de décider qui doit avoir un travail et où, mais de garantir, pour un même travail, un salaire et des conditions de travail égaux pour tous les travailleurs. Le protectionnisme nationaliste divise la classe ouvrière selon des lignes de fracture nationales, rendant ainsi impossible toute lutte défensive dans une industrie qui par nature s’étend au-delà des frontières nationales.
Une lutte contre l’exploitation impérialiste
La Serbie et l’ensemble de la région des Balkans ont récemment connu une montée des conflits de classe. La grève chez FCA a été précédée d’une grève de cinq jours en février chez Magneti Marelli, où les travailleurs ont obligé l’entreprise à satisfaire leurs revendications. A son tour, cette grève en a encouragé d’autres, comme à l’usine d’électroménager Gorenje où 600 ouvriers ont débrayé pour réclamer des augmentations de salaire et des conditions de travail décentes (ils travaillent à des températures de 40 degrés pour fabriquer… des réfrigérateurs !).
En juin , la majorité des 12 000 travailleurs des trois usines Volkswagen de Bratislava, la plus grande entreprise de Slovaquie, se sont mis en grève et ont bloqué la production pendant une semaine, arrachant une hausse de salaire de 14 %. Cette grève des ouvriers de Volkswagen avait été précédée d’une augmentation de salaire de 7,5 % dans les usines slovaques du groupe Kia, et d’une forte augmentation de salaire dans les usines automobiles allemandes de Hongrie.
Avec l’adhésion à l’UE, la Slovaquie est devenue une dépendance de l’impérialisme allemand et de ses géants de l’automobile. Elle est aujourd’hui le plus grand producteur de voitures par habitant dans le monde (1 million de voitures par an pour un peu plus de 5 millions d’habitants). Mais pendant qu’ils construisent des SUV de luxe pour le marché mondial, les travailleurs slovaques de Volkswagen, Kia ou Peugeot touchent des salaires qui représentent 40 % des salaires allemands.
Confrontés à la première grande grève en Slovaquie depuis la contre-révolution « de velours » de 1989, les porte-parole de la finance capitaliste ont commencé à s’inquiéter. Dans un article publié le 21 juin sur le site web Bloomberg.org, on pouvait ainsi lire :
« A beaucoup d’égards, la Slovaquie peut être considérée comme un modèle d’intégration dans l’Union européenne. Mais la grève en cours à l’usine Volkswagen de Bratislava fait comprendre combien l’Europe apparaît désunie vue depuis la frontière orientale de l’UE. Les Européens de l’Est ont souvent l’impression que leurs pays sont devenus des colonies de l’Europe occidentale, et ce sentiment pourrait représenter une menace plus grave pour l’UE que le Brexit. »
Le gouvernement serbe est dirigé par les nationalistes de droite du Parti progressiste serbe (SNS) du président Aleksandar Vucic. Le SNS est l’héritier du Parti radical serbe, un des protagonistes des massacres interethniques des années 1990. Vucic et le SNS veulent que le pays reste un réservoir de main-d’œuvre à bas coût pour les capitalistes d’Europe occidentale. En échange de prêts du Fonds monétaire international et de la perspective d’une adhésion à l’UE, ils mettent en œuvre des mesures d’austérité drastiques, notamment des coupes claires dans les dépenses publiques, la vente ou la fermeture des entreprises publiques et une réduction draconienne du nombre de fonctionnaires. La Première ministre Ana Brnabic a promis de supprimer 11 000 emplois dans le secteur public d’ici 2020, alors que le gouvernement Vucic en a déjà éliminé 80 000 ces quatre dernières années.
Les marxistes luttent pour détruire l’UE par la lutte de classe. L’UE est un bloc réactionnaire dominé par les impérialistes d’Europe, un outil pour piller les pays dépendants de l’Europe du Sud et de l’Est, pour accroître l’exploitation de la classe ouvrière dans toute l’Europe et contrôler les flux de main-d’œuvre immigrée. Nous revendiquons la sortie de l’Italie de l’UE et de l’euro. Nous nous opposons à toute nouvelle extension de l’UE, comme en Serbie, de même que nous nous sommes opposés à l’extension de l’UE aux pays d’Europe de l’Est en 2004 : nous savions que cela aggraverait l’oppression et l’exploitation des travailleurs de ces pays. L’extension de l’UE en Europe de l’Est a permis à la bourgeoisie allemande de réaliser le rêve impérialiste qui avait un temps été confié au Troisième Reich de Hitler : faire de l’Europe de l’Est son hinterland. Elle a également conféré d’énormes avantages à l’impérialisme italien, qui figure aujourd’hui parmi les principaux investisseurs en Europe de l’Est, et qui a une histoire sanglante d’aventures impérialistes dans les Balkans. Notre opposition à l’UE fait partie intégrante de notre perspective marxiste révolutionnaire : le renversement du capitalisme par la classe ouvrière et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle mondiale, qui permettra un développement qualitatif des forces productives et le dépassement de la division de la société en classes, ce qui constituera le point de départ pour un ordre communiste mondial.
Les fruits amers de la contre-révolution capitaliste
Les usines FCA de Kragujevac se trouvent sur l’ancien site de production Crvena Zastava (drapeau rouge), la fine fleur de l’industrie automobile yougoslave, qui a été pratiquement donné à la famille Agnelli et Cie par le gouvernement serbe en 2008. Elles témoignent de la misère et de l’exploitation qui ont résulté de la contre-révolution capitaliste qui, au début des années 1990, a détruit l’Union soviétique et les Etats ouvriers bureaucratiquement déformés d’Europe de l’Est, ouvrant ainsi la voie à la pénétration économique par les capitalistes occidentaux, qui ont pu mettre la main sur des sites industriels avancés et sur une main-d’œuvre instruite et qualifiée.
En 1999, pendant la campagne de bombardement de l’OTAN contre la Serbie, les usines Zastava furent bombardées et réduites, selon les termes du Chicago Tribune (16 juillet 1999), « à un dépotoir de métaux tordus et de machines noircies, parsemé de flaques de produits chimiques et de cratères béants ». Le même article expliquait :
« L’usine était tellement vitale pour la communauté que ses travailleurs s’étaient constitués en boucliers humains 24 heures sur 24, dormant sur le plancher pour dissuader l’OTAN de détruire leur gagne-pain. Des fax et des e-mails étaient envoyés dans le monde entier pour supplier : “S’il vous plaît, ne bombardez pas notre usine. S’il vous plaît, ne nous prenez pas notre emploi”. »
Mais les bombardiers de l’OTAN ont détruit l’usine de Zastava entre le 9 et le 12 avril 1999, faisant 131 blessés parmi les ouvriers. La Serbie tout entière a été rejetée 50 ans en arrière par les bombardements.
Nous avons à l’époque appelé à la défense militaire de cette petite nation contre l’attaque des impérialistes, qui avaient fait de l’Italie un porte-avions terrestre de l’OTAN (avant cette attaque, nous n’avions pris le côté d’aucune des forces en conflit dans les guerres fratricides qui avaient accompagné la contre-révolution en Yougoslavie). En Italie, le syndicat SLAI Cobas a soutenu la demande de solidarité émanant des ouvriers de Zastava et lancé une campagne de soutien financier. La LCI s’est jointe à cette campagne, et nous avons cherché à lui donner une dimension internationaliste prolétarienne en collectant des dons auprès des militants syndicaux et de gauche, depuis les Etats-Unis jusqu’en Afrique du Sud en passant par le Mexique.
A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le capitalisme fut renversé en Yougoslavie grâce à une révolution sociale interne. Toutefois, la Yougoslavie, comme les autres « démocraties populaires » d’Europe de l’Est, était dès sa naissance un Etat ouvrier déformé sous la domination d’une bureaucratie stalinienne, ce qui a jeté les bases de son effondrement ultérieur. Le régime de Tito accomplit d’immenses progrès dans la construction d’une véritable fédération multinationale. Mais les divisions nationales ne pouvaient pas être surmontées sur la base de la construction du « socialisme » dans un seul pays balkanique relativement arriéré. De fait, la décentralisation économique et le « socialisme de marché » qui faisaient la fierté de Tito amplifièrent énormément les disparités entre les différentes républiques et régions, si bien qu’à la fin des années 1980 le revenu par habitant des Slovènes était dix fois supérieur à celui de la population albanaise du Kosovo. De plus, la Yougoslavie fut un des premiers Etats ouvriers déformés de l’Est à hypothéquer son économie collectivisée auprès des banquiers occidentaux et à saigner l’économie du pays pour payer cette dette.
La destruction de l’Etat ouvrier yougoslave en 1991 a précipité les peuples de Yougoslavie dans un bain de sang fratricide, détruisant les grandes conquêtes de la révolution de 1945 : le renversement des rapports de propriété capitalistes et la fin des conflits nationalistes sanglants qui avaient historiquement déchiré les Balkans. La Ligue communiste internationale s’est battue pour la défense des Etats ouvriers déformés d’Europe de l’Est et de l’Union soviétique contre la restauration du capitalisme, tout en luttant en même temps pour une révolution politique pour instaurer un véritable pouvoir de conseils ouvriers basé sur un programme internationaliste.
A contrario, beaucoup de soi-disant « trotskystes » se sont rangés aux côtés des forces de la contre-révolution capitaliste. Par exemple, Sinistra classe rivoluzione (SCR), un groupe réformiste issu de Rifondazione comunista, a écrit divers articles sur les grèves en Serbie sans jamais mentionner le fait que la situation actuelle dans les Balkans est le produit historique de la contre-révolution capitaliste. La tendance Militant, dont est issue SCR, avait soutenu avec ferveur diverses forces contre-révolutionnaires en Union soviétique et en Europe de l’Est. Elle a ainsi soutenu en Pologne le « syndicat » jaune Solidarność financé par la CIA, les banques et le pape ; et en 1991 ses sympathisants russes de Rabochaya Demokratiya ont physiquement tenu les barricades d’Eltsine à Moscou au côté de la racaille contre-révolutionnaire russe, en prétendant que la victoire d’Eltsine était le « début d’un processus révolutionnaire antibureaucratique » (Rabochaya Demokratiya, juillet-août 1992).
Pour la lutte de classe internationale
Ce qui manque à la classe ouvrière, c’est son propre parti. Un parti basé non sur la collaboration de classe parlementaire avec la bourgeoisie mais sur les méthodes et les principes de la lutte de classe internationale, sur la compréhension que la fin de l’exploitation, de l’oppression nationale, de la misère et de toute oppression ne pourra devenir réalité qu’avec le renversement de l’Etat capitaliste et la construction d’une économie collectivisée et planifiée à l’échelle internationale, sous le pouvoir ouvrier. Un parti de ce type doit faire partie intégrante d’une Internationale régie par le centralisme démocratique et rassemblant l’avant-garde révolutionnaire de tous les pays.
Depuis sa naissance, le mouvement marxiste s’est forgé en étant conscient que la lutte de la classe ouvrière doit être internationale non seulement en idée, mais en pratique. Parmi ses premiers efforts organisés on peut citer les campagnes victorieuses menées parmi les travailleurs du textile d’Allemagne et de Belgique pour qu’ils refusent de servir de jaunes aux capitalistes anglais pendant la grève du textile de Londres et Edimbourg en 1866. Dans ses instructions aux délégués au Premier Congrès de l’Association internationale des travailleurs, qui se tint à Genève en 1866, Marx expliqua :
« Une des principales fonctions de l’Association, fonction remplie déjà avec grand succès dans différentes circonstances, est de contrecarrer les intriques des capitalistes, toujours prêts, dans les cas de grève ou de fermeture d’ateliers (lock-out), à user des ouvriers étrangers comme instrument pour étouffer les justes plaintes des travailleurs indigènes. C’est un des grands buts de l’Association de développer chez les ouvriers des différents pays non seulement le sentiment, mais le fait de leur fraternité et de les unir pour former l’armée de l’émancipation. »
Marx rappelait dans son discours inaugural devant l’Association internationale des travailleurs, en octobre 1864 :
« L’expérience du passé nous a appris comment l’oubli de ces liens fraternels qui doivent exister entre les travailleurs des différents pays et les exciter à se soutenir les uns les autres dans toutes leurs luttes pour l’affranchissement, sera puni par la défaite commune de leurs entreprises divisées. C’est poussés par cette pensée que les travailleurs de différents pays, réunis en un meeting public à Saint-Martin’s Hall le 28 septembre 1864, ont résolu de fonder l’Association Internationale. »
La Lega trotskista d’Italia est un petit groupe de propagande qui se bat pour construire une avant-garde révolutionnaire internationale ; elle cherche à faire prendre conscience aux éléments avancés de la classe ouvrière qu’il faut un parti révolutionnaire basé sur le programme marxiste. Une tâche cruciale de ce parti sera d’inculquer aux ouvriers un sentiment d’opposition inconciliable vis-à-vis des manœuvres impérialistes de leurs gouvernants, et de toutes les manifestations de l’oppression contre les minorités nationales, les femmes, les immigrés, etc. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Reforgez la Quatrième Internationale !
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/222/serbia.html
submitted by FinnagainsAwake to RepubliqueOuvriere [link] [comments]

300€ de bonus sur votre reprise !  QARSON Ce que vous devez savoir sur les heures de négociation prolongées PRÉSENTATION DE MES VOITURES + VENTE AUX ENCHÈRES !  ARMA FOR LIFE DES VOITURES PAR MILLIERS : NEW DLC !  ARMA FOR LIFE Techniques de négociation

Les ventes des voitures à combustion auraient culminé en 2018 et nous assisterions dès 2019 à la décroissance des ventes de ces véhicules. De moins en moins de voitures à combustion interne seront vendues dans les années à venir, mais davantage de véhicules électriques sont attendus sur le marché mondial. Le problème du système est le plus important depuis une série de problèmes informatiques au milieu des années 2000 qui ont conduit à la démission du président de la bourse. La négociation a été interrompue pendant 4 heures et demie en 2005 en raison d’une mise à niveau bâclée du système, la première fois que la négociation d ... De plus, notre plateforme vous enverra un message d’avertissement lors de votre troisième jour d’échange. À la fin de chaque jour de bourse, ils soustraient leurs bénéfices totaux (trades gagnants) des pertes totales (trades perdants), soustraient les frais de commission de transaction, et la somme représente leur bénéfice net (ou ... Cela ressemble aux prévisions de Bloomberg New Energy Finance dans leur rapport intitulé: Electric Vehicle Outlook 2020, publié la semaine dernière. Globalement, 28% des voitures particulières devraient être électriques en 2030, contre 2,7% en 2020. Le marché américain passera à un peu moins de 2% des ventes en 2020 à environ 26%. Passant de nombreuses heures à faire des recherches pour m’approcher au plus près de la valeur de remplacement du véhicule qui m’a été dérobé et grâce à la production de 16 pièces, toutes envoyées à l’expert par e-mail, je suis en mesure d’affirmer que la VRAD ne saurait être inférieure à 8500€.

[index] [6999] [323] [3662] [6314] [5358] [5445] [455] [6671] [3728] [1195]

300€ de bonus sur votre reprise ! QARSON

PASSION RHD EPISODE: 3 NISSAN 350Z NUMERO 1 VOITURE ANGLETERRE PAR https://ukauto.fr Contacter nous pour vos projets d'importation automobile, devis, german cars importation, japan car importation Bienvenue sur Arma For Life ( mod arma 3) pour la suite de mon aventure, des centaines d'heures de jeux pour des centaines d'histoires !! Pour cette nouvelle aventure nous sommes dans le futur ! Des ventes fortement influencées par le pay plan des vendeurs. Des prix et remises assujettis à négociation, une disponibilité aléatoire et un choix de véhicule qui ne correspond pas ... Négociation commerciale (pour la vente), négociation collective ou sociale, négociation de salaire... Bref, des méthodes pour devenir un bon négociateur dans la vie de tous les jours. Après 19 heures de négociation, la direction de la SNCF et les syndicats sont parvenus, dans la nuit de lundi à mardi, à trouver un compromis d’accord. Pourtant, SUD-Rail a annoncé ce mardi ...

http://arab.miningfarms.eu